jeudi 12 janvier 2017

Saint George and the Dragon


Rogier van der Weyden - Saint George and the Dragon. 1432 - 1435


"À propos de l'étymologie du mot barbare."
À l’origine, le terme barbare, emprunté en français en 1308 au latin barbarus, lui-même issu du grec ancien βάρϐαρος / bárbaros (« étranger »), était utilisé par les anciens Grecs pour désigner les peuples n’appartenant pas à leur civilisation (définie par la langue et la religion helléniques), et dont ils ne parvenaient pas à comprendre la langue. Barbare signifiait alors « non grec » : toute personne dont le langage ressemblait, pour les Grecs, à un charabia « bar-bar ».
Le terme « barbare » a ensuite été utilisé par les Romains pour nommer les peuples qui se trouvent à l’extérieur du limes, dans le « Barbaricum », la « terre des Barbares », c'est-à-dire hors de leur autorité : l'« Imperium ». Pour les Grecs comme pour les Romains, tout « barbare » peut, en adoptant leur langue, leurs dieux et leurs mœurs, devenir Grec ou Romain, et ce fut le cas non seulement de nombreux individus (dont certains parvinrent jusqu’à la fonction impériale), mais aussi de peuples entiers, acceptés dans l’Empire comme « foederati ». Toutefois, ces termes pouvaient aussi traduire la crainte ou le mépris qu’inspire l’étranger, l’envahisseur qui ne se présente pas en allié, en « foederatus » potentiel, mais en conquérant voulant imposer ses mœurs et son pouvoir dans l'« Imperium ».
Pour Thucydide, « barbare » possède aussi un sens technique : celui des valeurs locales opposées aux valeurs universelles recherchées par le civilisé, par exemple celles faisant primer l’intérêt d’un clan au détriment de l’intérêt commun, du « bien public ».
↝↼⇚⇎⇍↹↽↳↵⇰⇮⇯⇸⇹⇺⇕⇬⇵⇶↰↲↴↵↪↩↨
Fue utilizado por los antiguos griegos para referirse a personas que no pertenecen a su civilización ( lenguaje helénico y la religión)
 También puede reflejar el miedo o desprecio inspirado por el extranjero, el invasor
Los valores locales opuestos a los valores universales de la  civilización
Prioridad a los intereses de un clan a expensas de los intereses comunes y del "bien público" .

Aucun commentaire: