lundi 10 juillet 2017

El puerto

By Eugène Boudin (1824–1898)

De repente la risa se hizo llanto,
silencioso y blanco como la bruma;
de las bocas unidas se hizo espuma,
y de las manos dadas se hizo espanto.

De repente la calma se hizo viento
que de los ojos apagó la última llama,
y de la pasión se hizo el presentimiento
y del momento inmóvil se hizo el drama.

De repente, no más que de repente,
se volvió triste lo que fuera amante,
y solitario lo que fuera contento.

El amigo próximo se hizo distante,
la vida se volvió una aventura errante.
De repente, no más que de repente



Sonnet de séparation
Angleterre, 1938

Soudain, le rire s'est fait.
Silencieux et blanc comme la brume
Et des Bouches unies ont fait la mousse
Et des mains gravées s'est fait.


Tout à coup du calme on a fait le vent
Que des yeux a la dernière flamme
Et de la passion a fait le sentiment
Et de l'instant immobile, on a fait le drame.

Tout d'un coup, pas plus que d'un coup
C'est triste ce qu'on a fait.
Et de tout ce qu'il a fait.

Il a fait de l'ami proche le lointain
On a fait de la vie une aventure errant
Tout d'un coup, pas plus que d'un coup.

Vinicius de moraes

Aucun commentaire: