jeudi 8 juin 2017

Castro est mort. Cuba libre!?, Jacobo Machover

Castro est mort. Cuba libre!? avec Jacobo Machover   

J’aurai le plaisir de présenter mon dernier ouvrage, Castro est mort. Cuba libre !? (éditions François Bourin) ce jeudi 8 juin 2017 à 19 h à la Maison de l’Amérique latine, 217, boulevard Saint-Germain, 75007-Paris, dans le cadre de « L’actualité du livre » - « La chronique de Jean-Paul Duviols ». C’est un honneur pour moi de participer à cet événement, toujours très riche, pour partager des expériences diverses de lecture et d’écriture.
Cette fois-ci, néanmoins, un autre acte risque de venir perturber le dialogue. En effet, à 21 h, au même endroit, l’Ambassade de Cuba en France a programmé la diffusion d’un film au titre évocateur, « Revolucionarios », dont le réalisateur ne doit certainement pas s’être remis du fait que son mentor nous ait quittés le 25 novembre 2016.
Je ne crois pas au hasard ou alors il s’agit d’un hasard bien étudié. Je suis certain que nous allons croiser des regards (ainsi que des paroles et des actes) peu bienveillants au cours de cette soirée. Dans une démocratie, un échange entre des points de vue divergents serait fructueux. Mais l’Ambassade de Cuba et ses sbires n’ont pas une formation très démocratique, ce qui a déjà été démontré par le passé.
J’ai besoin de votre soutien. Venez nombreux. іViva Cuba libre!

Tengo el placer de presentar mi última obra, Castro est mort. Cuba libre!? (ediciones François Bourin) el jueves 8 de junio a las 19 h en la Maison de l’Amérique latine, 217, boulevard Saint-Germain, 75007-Paris, en el marco del conversatorio “L’actualité du livre” – “La chronique de Jean-Paul Duviols”. Es un honor para mí participar en esos actos periódicos, de gran interés, para compartir experiencias diversas de lectura y de escritura.
Esta vez, sin embargo, otro acto puede llegar a perturbar el diálogo. En efecto, en el mismo lugar, a las 21 h, la Embajada de Cuba en Francia programa la difusión de una película titulada, de manera evocadora, “Revolucionarios”, cuyo director no se debe haber repuesto aún del hecho de que su mentor se fue el 25 de noviembre de 2016.
No creo en el azar o tal vez se trate de una casualidad perfectamente estudiada. Estoy convencido de que vamos a cruzar miradas (y seguramente palabras y actos de repudio) muy poco tolerantes en el transcurso de esa velada. En democracia, un intercambio de puntos de vista discrepantes sería fructífero. Pero la Embajada de Cuba y sus esbirros no tienen una formación muy democrática que digamos, lo que ya han demostrado en épocas no tan lejanas.
Necesito su apoyo. Acudan todos. іViva Cuba libre!

Aucun commentaire: